crown.png

Le blog

LOGO-l-echiquier-du-roi-rene-aix-en-prov

In memoriam ! Bent Larsen (1935-2010)


C'est le 9 septembre dernier qu'une légende des échecs s'en est allé, à l'âge de 75 ans, Bent Larsen, l'ancien grand espoir occidental qui avait fait trembler les soviétiques, dans les 60, est décédé. Nous allons donc revenir sur sa carrière exceptionnelle, qui aura marqué l'histoire des Echecs.

Le jeune Bent Larsen se distingue d'abord en dominant outrageusement le championnat du Danemark, avec 8 points sur 9, en 1956, reléguant ses adversaires à 3 points. Mais c'est surtout lors des Olympiades de Moscou, qu'il réalise un exploit en terminant médaille d'or sur le premier échiquier ! Déjà, contre Karl Robatsch, le jeune danois montrait un style original qui fera sa marque de fabrique !

Il confirmait sa superbe olympiade en terminant second, au départage, derrière Gligoric, au célèbre tournoi de Hastings qui clôturait l'année 1956.


Sa victoire contre Szabo illustrait, une nouvelle fois, l'originalité de son jeu !


L'année 1957 se révélera un petit peu décevante, le danois, invité au Tournoi de Dallas, terminera en milieu de tableau, alors qu'un autre nordique, Ingmar Bergman, filmait, la même année, une curieuse partie d'échecs, dans son Septième Sceau.

Si l'année 1958 s'ouvre sur une belle victoire à Mar del Plata, d'où les soviétiques sont absents, le jeune danois, pour son premier super-tournoi, l'Interzonal de Portoroz, va bien déguster face à l'armada soviétique et contre un certain Mikhail Tal, qui détruira la Sicilienne de Larsen et gagnera le tournoi !

Mais lors de ce tournoi, proche du chemin de croix, le facétieux Bent, va faire tomber un certain Tigran Petrosian avec l'ouverture ...Bird !!

Aux Olympiades de Munich, ça se passera un peu moins bien qu'à Moscou, et Larsen tombera contre un certain César Boutteville, qui vient de finir son énième championnat de France, à Belfort, à l'âge de 93 ans, et qui en 1958, avait maté le danois !

L'apprentissage du très haut niveau ne se fait donc pas sans mal, pour le jeune Larsen, qui finira avant-dernier, derrière tous les ténors soviétiques, en 1959, lors du Mémorial Alekhine ... Dur, dur d'être un joueur occidental, en ces temps de domination soviétique sur l'échiquier et dans l'espace !

Mais c'est dans la défaite que se révèle les grands joueurs, et Bent, animé par son amour des échecs, continue à pousser du bois ! En 1961, il ouvre son compteur de victoire en triomphant au Pays-Bas, au tournoi de Hoogovens, devant Borislav Ivkov, le joueur yougoslave, qui sera le client favori du danois ! J'aime beaucoup cette partie contre Gruenfeld, qui illustre les conceptions hyper-modernes de Bennie !

Mais c'est surtout lors de l'Interzonal d'Amsterdam, en 1964, que Larsen rentrait dans la cour des grands, en finissant second, au départage, derrière Vassily Smyslov.

Le danois se payait même le luxe de faire trébucher Boris Spassky avec sa Bird ...un luxe qu'il ne réitèrera pas très souvent, contre le futur champion du Monde !

C'est à Borislav Ivkov qu'il sera donc confronté, à Bled, pour le quart-de-finale des Candidats. Le yougoslave, qui venait juste de gagner le tournoi de Zagreb, loin devant le danois, qui, peu en forme, avait pris 5 bulles contre les 5 premiers, et qui s'était fait gravement fesser par Arthur Bisguier, sur une féroce attaque Autrichienne !

Mais durant toute sa carrière, Larsen fut un spécialiste des montagnes russes, écrasant, parfois, la concurrence, et le lendemain, ratant totalement son match ou son tournoi ! Mais le danois, malgré un tournoi pas terrible à Zagreb, va, à Bled, dominer son adversaire qui jouait à la maison ! Bennie, lors de la 8eme partie, se permet de jouer l'hétérodoxe défense Alekhine, contre le champion yougoslave.


Reléguant Ivkov à 2 points, c'est au monument Tal, que Larsen va jouer sa demi-finale des Candidats, mais contre le "Magicien de Riga", ça sera une autre affaire ! Si lors de la première ronde, le danois remporta la mise, le letton égalisera immédiatement ! Match très serré, mais lors de la 10eme et dernière ronde Tal va porter l'estocade, et remporter le match par +1 !

En 1966, le danois se refait la cerise en gagnant le tournoi du Havre, en

l'honneur duquel La Poste, sort un timbre échiquéen, devant un jeune espoir soviétique, Lev Polougaïevsky !

Mais l'événement de l'année, se jouera à Santa-Monica, avec la Piatigorsky Cup, qui revoit le retour de l'enfant terrible des échecs américains, Bobby Fischer ! Le super-tournoi fut gagné par Spassky, devant Fischer, Larsen, 3eme, réussit l'exploit de battre Bobby !

1967, sera l'année Larsen, puisque le danois va gagner trois super-tournoi dont l'Interzonal de Sousse !

Si Bent commence doucement l'année, en finissant 4eme en 2,5 points de Spassky, lors du tournoi de Hoogovens, qui ouvrit la saison échiquéenne, il va effectuer un superbe Memorial Capablanca, à La Havane, en relèguant Taïmanov à 1,5 points. Si le danois n'eut pas la chance, comme Fischer, de jouer contre Fidel,


Gligoric, lui, prit une sacrée tanée !

Le danois se s'arrêta pas en chemin, et gagna le tournoi de Palma de Majorque, devant Botvinnik et Smyslov.

Le pauvre Borislav Ivkov, se fit encore une fois exploser par le danois !

Mais le sommet de la carrière échiquéenne du danois, fut son éclatante victoire à l 'Interzonal de Sousse, où il relégua le second, un certain Viktor Korchnoi, à 1,5 points !! Si le danois ne fit qu'un point sur 4, contre ses poursuivants, il fit un véritable carnage, derrière, notamment en finale ! Larsen fut souvent coutumier du fait. Son style un peu exotique avait parfois du mal à passer, contre les meilleurs mondiaux, mais sa combativité et sa créativité firent des ravages, contre les joueurs un peu moins forts !

Le président historique de l'Echiquier du Roy René, Mr Georges Maury, avait eu du nez, puisqu'il avait invité le champion à venir faire une simultanée à l'hôtel du Roy René, à Aix en Provence !

Sur sa lancée, le nordique va battre, en quart de finale des Candidats, à Porec, l'espoir hongrois, Lajos Portisch, en remportant la 10eme ronde, avec une ouverture larsenienne !


Mais à Malmö, en 1968, Spassky, bête noire du danois, ne lui laissa aucune chance ...gagnant les trois premières rondes, avance qu'il garda jusqu'à la fin du match !

Le danois échouait encore en demi-finale des Candidats !

Bent se rattrapa à Monaco, en gagnant le tournoi devant Botvinnik et Smyslov !

En 1969, il récidiva au tournoi de Palma, en gagnant devant Petrosian, Korchnoi et Spassky, apparaissant comme le seul grand rival des soviétiques en Occident. Unzicker, le champion allemand, s'en souvient encore !

En 1969, pour le nouveau cycle vers le titre mondial, Larsen prend se revanche contre Tal, à Eersel, en gagnant largement son match, par +3, contre le "Magicien de Riga" ! Pourtant, ce ne sont pas les sacrifices "taliens" qui ont manqué !

Sur sa lancée, le danois remporte brillamment le tournoi de Büsum, devant le jeune Lev Polougaievsky, Bobotsov s'en souvient encore !

L'année suivante, lors du match entre l'URSS et le reste du monde, alors que Fischer, fair-play, lui a laissé le premier échiquier, évitant un incident diplomatique, Larsen perd contre Spassky

Sur un début Larsen !! Comme quoi les facéties échiquéennes du danois, si elles passent contre des joueurs plus faibles, ne font guère florès contre le Top 10 mondial ! Cette partie du champion du Monde soviétique, est un petit bijou de miniature !

A Lugano, il termine premier, en enfumant Robert Byrne.


Il récidive à Vinkovici, même s'il se fait enfumer par Laszlo Szabo, le local du tournoi.

Il y a, chez le danois, une telle hétérodoxie dans son jeu, que tout devient possible sur l'échiquier, des victoires comme des ...défaites, éclair ! L'Olympiade de Siegen en sera l'exemple le plus parfait !


Lors de la 4eme ronde, Larsen miniaturise le champion libanais Sursock Sameer, en 13 coups,

Sursock, S-Larsen, B, Siegen Ol (4) 1970, 0-1.

Les Noirs jouent et gagnent.