Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Giraud Thierry

smyslov old

 

 

 

Un des derniers géants de la période Botvinnik, Vassily Smyslov, ancien champion du monde, vient de rendre l'âme, dans la nuit du 26-27 mars 2010, à l'âge de 89 ans.

Né le 24 mars 1921, alors que la révolution bolchevique triomphait des forces blanches, le petit Vassily apprit les échecs dès l'âge de 6 ans avec son père.

 

smyslov-father.jpg

 

 Pur produit des échecs soviétiques de l'avant-guerre, Smyslov devient champion d'URSS Junior en 1938. En 1940, lors de la 12eme édition du championnat d'URSS, il finit 3eme devant un certain Mikhail Botvinnik, et derrière le toujours vivant, Andors Lilienthal ! Vassily et Mikhail ne savaient peut-être pas, à l'aube de la seconde guerre mondiale, que leur rivalité allait durer près de 20 ans !

 

smyslov_botvinnik58.jpg

 

 

 

2 ans plus tard, alors que les allemands sont proches de la capitale soviétique, Smyslov gagne le championnat de Moscou, en 1942, devant Boleslavsky et Kotov. En 1944, il finit juste derrière Botvinnik lors du 13eme championnat d'URSS à Moscou, contre qui il perdit, le 31 mai 1944, lors de la 8eme ronde. Le 6 juin 1944, alors que les alliés débarquaient en Normandie, le jeune mosvovite tactifiait le malheureux Ravinsky lors de la 11eme ronde.

 

 

De nouveau champion de Moscou en 1945, il punit l'impudent Kamishov, qui le défia sur un Gambit letton !

 

 

 

Alors que Botvinnik survolait le 15eme championnat d'URSS et que Vassily se prenait un gadin, avec la 11eme place, il eut malgré tout l'honneur d'être sélectionné dans l'équipe d'URSS qui va affronter les USA par radio et il se paya, par deux fois, la tête de l'ancien enfant prodige des échecs, Samuel Reshevsky, un peu trop optimiste !

 

reshevsky-boy.jpg

 

Et oui Samy, on peut toujours sacrifier sa Dame !

 

 

 

Puis vont suivre 4 ans de vaches maigres qui le feront hésiter entre une carrière de baryton et de joueurs d'échecs ! 1946, c'est David Bronstein qui devint champion de Moscou, reléguant Smyslov à la 8eme place, malgré une victoire contre Estrin, qui illustrait le talent tactique du moscovite !

 

 

 

4eme du championnat d'URSS en 1947, il mordit la poussière contre le grand Paul Keres,

 

Paul_Keres.jpg

 

 

 sur une Anglaise contre laquelle j'ai déjà joué cette défense !

 

  

 

 

 

 

Lors du Memorial Chigorin, la même année, c'est encore Botvinnik qui le toise d'une courte tête ! Rebelote lors du championnat du Monde en 1948, marathon échiquéen qui consacre le grand Mikhaïl Botvinnik !

 

Baryton d'exception, Vassily déçu par les échecs allaient embrasser la carrière de l'opéra, quand, en 1949, il devint le 17eme champion d'URSS, devant une brochette de prestigieux poursuivants dont les noms font encore rêver … Bronstein, Keres,Taimanov, Petrossian !

 

ch URSS 1949

 

 

 

 

 Avec son style pragmatique, le champion moscovite comme Capablanca, développe simplement ses pièces pour conclure par des petites combinaisons tactiques comme ici, contre Liublinsky !

 

Les Blancs jouent et gagnent.

 

Smyslov, V - Liublinsky, V, URSS ch Moscow 1949 (13), 1-0.

 

Smyslov-Liublinsky-V-ch-urss-1949.JPG

 

 

Les voyages inhérents à la vie d'un joueur d'échecs lui conviennent et il finit 2eme du tournoi de Venise, derrière Kotov et devant Rossolimo, en 1950, il montre tout son talent pour contrer la Française du hollandais Donner !

 

 

 

 

Aux Olympiades à Helsinki, en 1952,

 

finland-chess-1952.jpg

 

il participe à la victoire de l'URSS devant l'Argentine et une partie d'anthologie contre Lothar Schmid, futur grand abritre.

 

 

 

Mais c'est à Zurich, lors du tournoi des candidats, en 1953, immortalisé par le livre de David Bronstein, qui reste un classique de la littérature échiquéenne (qui fut et qui est toujours mon livre de chevet !),

 

zurich-1953.jpg

 

 

 

qu'il livre son chef d'oeuvre échiquéen, gagnant le Tournoi,

 

candidate-tournament-1953-zurich.JPG

 

 

 

 et brisant l'Anglaise de son déjà habituel adversaire, Paul Keres ! Enjoy the defense !

 

 

 

 

 

C'est en mars 1954 qu'il rencontre donc le champion du Monde, Mikhail Botvinnik.

 

botvinnik-smyslov.jpg

 

 

 Les premières rondes firent penser que le challenger n'était pas au niveau puisqu'au bout de la 4eme ronde, le score était de 3 à 0 pour le champion en titre. Mais alors que le match semblait déjà plié, le jeune moscovite fit morde par trois fois la poussière au grand Mikhail ! C'est lors de la 9eme ronde que le tocsin de la révolte sonna et que le moscovite terrassa le petersbourgeois, en se permettant le luxe de sacrifier sa Dame !!

 

young-smyslov.jpg

 

 

 

 

Non content d'avoir humilié le champion, Smyslov remit le couvert à la 10eme ronde en profitant d'un 24.Fd2 ? qui lui permit une combinette libératrice !

 

Les Noirs jouent et prennent l'avantage.

 

Botvinnik, M-Smyslov, V, Wch Moscou 1954 (10), 0-1.

 

bovinnik-smyslov-1954.JPG

 

 

Rebelote à la 11eme ronde, où Vassily, dans une variante d'échange de l'Espagnole, terrassa le champion sur son terrain, la Finale ! Le challenger menait désormais au score. Mais Botvinnik, après ce grand-roque incroyable, reprit les choses en main, en s'imposant 4 fois, dans les rondes suivantes, et conserva son titre malgré deux défaites finales, grâce à une égalité parfaite qui laissait la couronne mondiale au champion.

Smyslov était passé prêt de l'exploit, il se consola en gagnant le tournoi d'Hastings,

 

Smyslov-hastings.jpg

 

à la fin de l'année, dépassant Keres au départage, où il se permit dans un style très, smyslovien, de miniaturiser le grand-maître allemand Wolfgang Unzicker !

 

 

 

Il survole ensuite le tournoi de Zagreb, en ce début d'année 1955, reléguant Geller et Gligoric

 

 Zagreb 1955

 

 

 

 à 2,5 points. Ici, contre Fuderer, sur une Espagnole, le moscovite domine stratégiquement puis, conclut la partie par une petite combinaison à la Capablanca !

 

Les Noirs jouent et gagnent.

 

Fuderer, A-Smyslov, V, Zagreb 1955 (4), 0-1.

 

fuderer-smyslov-zagreb-4-1955-copie-1.JPG

 

 

 

 

 

Superbe année 1955, où il devient, 6 ans après son titre de 1949, au départage devant Geller, champion d'URSS, devant une brochette de grands joueurs dont trois champions du monde, le tenant du titre Botvinnik, et les futur couronnés Tigran Petrossian et Boris Spassky avec un certain Viktor Korchnoi qui finira avant-dernier !

 

moscow-1955-chess.JPG

 

Paul Keres va être victime de la virtuosité combinatoire du moscovite, lors de la 4eme ronde.

 

 

Le moscovite se permit le luxe d'écraser Botvinnik, à la 11eme ronde, sur une Sicilienne Fermée, partie qui annonçait des lendemains qui chantent !

Mais le grand Mikhail a toujours su rebondir ...et quelques mois plus tard, il gagne le Memorial Alekhine, au départage, devant ...Smyslov ! Vassily, qui, avec les Noirs, se permit de miniaturiser le champion est-allemand, Uhlmann !

 

 

Depuis sa finale malheureuse de 1954, Smyslov avait démontré qu'il était le challenger naturel de Botvinnik, et le tournoi des Candidats d'Amsterdam, en 1956, confirma son leadership, puisqu'il le gagna avec 1,5 points d'avance sur l'éternel second, Paul Keres !
candidate-tournament-1956-amsterdam.JPG

 

Le 5 mars 1957, Botvinnik poussait le pion "c" en guise de première ronde,

 

smyslov-botvinnik-corea.JPG

 

 

mais l'Anglaise, variante Botvinnik, se cassa les dents sur le jeu précis de Smyslov !

 

bovinnik-smyslov-1957.JPG

 

Une première ronde perdue pour le champion, qui annonçait des lendemains douloureux ! Si le tenant du titre fit coup double, dans la ronde 4 et 5, reprenant la tête, la réaction smyslovienne ne se fit pas attendre, puisqu'il égalisa lors de la ronde 6,

 

 

 

 

et prit l'avantage lors de la ronde 8, avec un pion "a" qui tua la Sicilienne de Botvinnik !

 Le 27 avril 1957, lors de la 22eme ronde, la paix fut signée rapidement entre les deux joueurs et Vassily Smyslov devenait le 7eme champion du Monde de l'histoire des échecs !

Mais le champion déchu reprit son labeur quotidien pour préparer sa revanche, et, un an plus tard, en avril 1958, le retour de Mikhail fut terrible, puisqu'il infligea 3 défaites à Smyslov dans les trois premières rondes !! Le tout nouveau champion du Monde ne se remit jamais de ce départ calamiteux, malgré quelques belles réactions, notamment lors de la 19eme ronde !

 

 

 

 

Battu sur le score de 12,5 à 10,5, Smyslov n'aura goûté l'Olympe échiquéen que durant un an, et, à près de 40 ans, il n'aura plus jamais l'occasion de porter la couronne mondiale, la nouvelle génération échiquéenne arrivant en force, avec les années 60.

Il n'en reste pas moins que durant deux décennies, le joueur moscovite domina les échecs mondiaux et ses duels contre Botvinnik, resteront à jamais gravés dans la mémoire échiquéenne !

 

 

Commenter cet article