Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Giraud Thierry



Non, ce n'est pas la nouvelle voiture de Jean-Paul, mais la montée de la N3 en N2 valait un hommage coloré au légendaire capitaine de l'équipe Une de l'Echiquier du Roy René, arrivé au club au début des années 90. Pour l'équipe une, la problématique était claire, il fallait gagner au moins un match dans ce week-end avec deux confrontations, pour monter dans la division supérieure. Quitte à vaincre, autant le faire dès samedi contre la jeune équipe de Cannes. Ce qui fut fait, dans la douleur, puisque les jeunes azuréens, menés par un certain Gary Giroyan, donnèrent du fil à retordre aux aixois, vainqueur sur le fil, 4 à 3 ! La montée en N2 était donc acquise dès la 8eme ronde, donc bravo à tous les joueurs qui ont participé à cette aventure :
Stanilsav Stojanov, JP Duquesnoy, JP Sebban (capitaine "courage"), Dominique Jeanjean, Tristan Fevat, Laurent Milesi, Jean-Louis Sabatié, Larbi Belheine, Denis Nobili, Julie Esposito, Claude Maury !




A Aix en Provence, en ce samedi ensoleillé, l'équipe de N4, déjà en Nationale 3 rencontrait le sympathique club du Puy Saint-Réparade, mené par le redoutable, fumeur, Robert Derien.

 

Mais les aixois, allait, une nouvelle fois, faire parler la poudre, même si le début fut inquiétant. En effet l'espoir aixois, Amos Benezra, la tête dans les nuages, gaffait, et perdait rapidement contre son adversaire du jour. Timothy Collier, le vaillant capitaine, qui avait gagné quasiment toutes ses parties, tomba sur un "joueur mirroir", un gambiteur  qui le miniaturisa ! Bref, Tim nous la joua "arroseur arrosé" ! Mais le plus breton des aixois, habitué aux rincées, s'en remettra vite !



Paravagna, A (1840)-Collier, T (1925), N IV Aix en Provence 2009 (7), 1-0.

 

 


Au 6eme échiquier, la position de notre vétéran, Claude Maury, se dégradait subitement, laissant prévoir une issue fatale.



et le plus ancien sociétaire de l'ERR, s'inclinait devant Marc Baquer.
Heureusement, el hombre de la Pampa, Gérard Gomez, vieux routier revenu aux affaires, montra le chemin de la révolte, et buta contre Sauveur Colondrea, ce qui permit à El Gaucho, de soutenir ses partenaires et ceux de la N3 !



Hadrien Larribère, vint alors à bout du redoutable et redouté, Robert Derien ! Le futur journaliste de Midi Olympique prend la pose, devant mon objectif, alors que Timothy Collier, chercheur en droit, n'a pas le même réflexe devant mon Lumix !  Cette photo résume bien la différence entre le futur homme des médias, soucieux de son image, et le chercheur désintéressé ...



Yves "Nepalman" Loysel, fera une nulle de combat, et Jean Paul "El Che" Scamaroni, sera encore impitoyable sur sa Sicilienne ! Mirez cette décontraction toute scamaronienne, la classe !



Fabrice Janier, donnera la victoire finale à Aix en Provence, après une bataille homérique, devant un aéropage passionné !




Madranges, J (1916)-Janier, P (1973), N 4 Aix en Provence (7), 0-1.

L'équipe de Nationale 4 finit donc en beauté, vorace jusqu'à la fin ! Félicitations à tous ceux qui ont participé à la montée !



Voici le classement final de l'équipe aixoise, qui a survolé son groupe:





La deuxième équipe de N3, elle, première de son groupe, rencontrait Marseille Duchamps.  La particularité de notre groupe fut son extrême homogénéïté, ce qui signifie que beaucoup d'équipes se valait, à l'elo, et que tout était possible.

Christian Barreau, notre premier échiquier, allait très vite perdre une pièce, sur une gaffe, contre Cyril Milon. Pour l'équipe, il continua sa partie, mais le miracle contre Tournefeuille, où dans le même contexte, l'aixois arriva à sauver la nulle, ne se reproduisit pas et Marseille marquait son premier point, mauvais présage !



Au 7eme échiquier, Patrick Pouilly, qui avait une bonne partie contre Erwin Rakotoniana, gaffa et perdit une qualité, débouchant. Les marseillais marquaient leur deuxième point.



Alors que Christine Flear avait une bonne position, Julian Bissbort, revenant de la lointaine Germanie, revenait à Aix, pour joindre l'utile (rejouer avec nous) à l'agréable (revoir sa blonde dulcinée). Notre jeune allemand affrontait Laura Fernandez, et, pas très bien dans l'ouverture, Der Bomber arriva, avec sa dextérité tactique, à trouver la voie vers la victoire, devant de nombreux supporters aixois !

 




Enfin la victoire pour le facétieux Julian !



2 à 1 pour Marseille.

Au 5eme et 6eme échiquier, Claude Maruejols rencontrait Caroline Gadarinian et la partie fut très tendue. Malheureusement, dans une position compliquée, c'est le vétéran aixois qui se tompa. Les Noirs viennent de jouer 28...Dxb2.

Maruejols, C (2056)-Gadarinian, C (1913), N3 Aix en Provence 2009 (8).




et Claude joua le naturel mais perdant 29.Rf1 ? Alors qu'avec 29.Df2 ! Les Blancs revenaient dans la partie.

Pour ma part je rencontrais une connaissance d'Internet, le dénommé Emmanuel Vicensini qui sévit sur Buho21 sous le nom de Fauveard ! Pas un inconnu, pour moi, puisqu'il nous arrive de croiser le fer sur le site espagnol. Malgré mes V de la victoire,




je ne fis que nulle, me sortant d'une finale inférieure, alors que j'avais pris un léger avantage dans le milieu de jeu ! Mais, malheureusement, mon 17eme coup ne fut pas à la hauteur de mes espérances ... En effet 17...Ta5 ?, si il renforce le clouage du Cavalier, est en fait un coup d'épée dans l'eau, puisque je ne peux pas vraiment l'exploiter ! Le bon coup était 17...Dd4 ! , d'après mon ami Rybka, avec un léger avantage pour les Noirs !

Vicensini, E (1930)-Giraud, T (2020), N3 Aix en Provence 2009 (8).




Je me vengerai sur Buho !!

Au dernier échiquier, Laurent Brissonneau, qui remplaçait Alexandre Leclère, joua de main de maître une finale "à priori" égale ! Anatoly aurait été fier de toi, Laurent !



D'Elia, A (1830)-Brissonneau, L (1720), N3 Aix en Provence 2009 (8). 0-1.



Les aixois revenait à 2 à 3, les deux dernières parties allaient donc être décisive.
Après avoir nettement dominé son adversaire, Christine Flear, dans une position supérieure, perdit le fil et donna une qualité de manière inexplicable ! Malheureusement, l'ancienne championne de France avait trouvé l'étroit chemin menant à la défaite dans une partie gagnante ! Ce sont des choses qui arrivent et l'ex-montpelliéraine était vraiment désolée par cette gaffe, elle en fut même malade !





Au 36eme coup, l'ex-championne de France va jouer 36 ...Te3 ?, alors que 36...Cf8 ou 36...f6 lui donnait un avantage décisif ! Dommage !

Poisson, T (2128)-Flear, C (2172), N3 Aix en Provcence 2009 (8), 1-0.

 

 

Christine, sonné, continua à jouer, pour essayer de sauver la nulle, mais malgré une combativité de tous les instants, elle sombra sur le champ d'honneur ! 2 à 4 pour les marseillais, le match était gagné pour les phocéens.

Mais il restait une partie, celle qui opposait Valentin Ovsienko à Fred "Street Fighter" Lemière ! Et le fils spirituel de Jean-Claude Van Damme était, pour le coup, vraiment "aware" !




Ca faisait un moment que l'aixois tournait en rond et massait son adversaire dans une position techniquement gagnante, mais longue à gagner. Au 80eme coup, Street joua 80 ...Ta6, empêchant, le Fou blanc de jouer.

Ovsienko, V (2129)-Lemière, F (2088), N3 Aix en Provence 2009 (8).

 

Mais le joueur phocéen, fatigué par ce long massage, se saisit de son Fou blanc, le déplaça sur la diagonale d8-h4, l'arrêta sur la case d8, s'aperçut, certainement, de son erreur, remit le Fou en g5 ...et joua son Roi !! L'arbitre, Claude Maruejols, malgré son "J'adoube" très tardif, lui intima alors de jouer son Fou suivant la règle 4.3 du règlement du jeu d'échecs :  "Pièce touchée, pièce jouée".
C'est ici que l'incident eut lieu. Osvienko refusa de rejouer son Fou en prétextant qu'il avait dit le j'adoube règlementaire! Certes, il l'avait dit, mais bien trop tardivement, et après avoir balladé son Fou sur quelques casounettes de trop ! Or le règlement est ici formel ! Je retranscris l'article 4.2, du règlement du jeu de la FIDE :

4.2
A la condition qu’il exprime d’abord son intention (par exemple en disant "j’adoube" ou "I adjust"), lejoueur ayant le trait peut rectifier la position d’une ou de plusieurs pièces sur leur case.

Dans le cas présent, le joueur marseillais n'ayant pas exprimé, avant de toucher sa pièce, en loccurence le Fou en g5, son désir de la toucher pour la recentrer sur la case, par la phrase "j'adoube", et ayant, de plus, déplacé cette même pièce sur l'échiquier, sur plusieurs cases, avant de la reposer, et dire un "J'adoube" tardif, devait impérativement jouer le Fou, ce qu'il refusa malgré les objurgations de l'arbitre. L'entêtement du joueur est à mettre, certainement, sur le compte de la déception et de la fatigue, après sa défense opiniâtre. En effet, on s'aperçoit, si on analyse la position, que le Fou blanc est en "zugzwang" ! Sur 81.Fd8, les Noirs auraient répondu par 81...Te6 + suivi d'un échec sur la colonne "d" gagnant la pièce !

Les marseillais gagnaient donc le match sur le score de 4 à 3, nous privant, d'une montée possible et évitant définitivement une relégation.



Le lendemain, dimanche, la dernière ronde de Nationale 3 se faisait pour la forme, l'équipe Une étant déjà en Nationale 2 et l'équipe 2, ne nouant plus rien. L'équipe du bon président Giry ne se voyait opposer que 5 montpelliérains, puisque les héraultais avaient 3 forfaits ...Les affres des dernières rondes.
Au 1er échiquier, Christian Barreau faisait une belle nulle de combat contre Michel Hoffmann, sous la présence rassurante du président aixois.




Au 2eme échiquier, Christine Flear portait l'estocade contre son adversaire héraultais, après une partie jouée de main de maître.


Difficile partie, pour Julian, Der Bomber ne trouva pas, cette fois-ci,  du contre-jeu contre son adversaire du jour, qui joua très bien. Il y a des jours ...



Bissbort, J (2053)-Renaux, O (1934), N3 Aix en Provence 2009 (9), 0-1.


Au 4eme, Fred "Street Fighter" Lemière, était encore super "aware", en gagnant, encore une fois, sa partie ! Street a fait fait vraiment une super-saison, cette année ! Même Jean-Claude n'en revient pas !



"You'are too aware, my Fredo" !

Enfin, Claude Maruejols gagna un adversaire très combatif, c'est le moins qu'on puisse dire, au vu de la position finale ...puisque les blancs viennent de jouer 71 d8D.

Maruejols, C (2056)-Kohler,S (1949), N3 Aix en Provence 2009 (9), 1-0.



Victoire ultime, donc, de l'équipe 2.



L'équipe Une recevait l'Echiquier Nîmois, l'esprit tranquille, puisque déjà en Nationale 2 ! Mais Tonton JP m'avait toujours dit qu'il craignait ce match, et il avait bien raison, car ce duel fut la seule défaite des vaillants aixois !
Au 1er échiquier, Stan Stoyanov revenait comme leader de l'équipe Une. Nîmes avait décidé de sacrifier Mikael Vanderbeeken, contre le plus aixois des bulgares. Stratégie payante, puisque le joueur gardois, réussit l'exploit d'annuler contre Stan the flasher !



Au 2eme échiquier, notre bien-aimé directeur technique, affrontait le très solide Frédéric Dijoux et son Stonewall. Malgré un petit avantage, JP ne réussit pas à gagner une finale légèrement supérieure.






Au 3eme échiquier, JP "The Duke" Duquesnoy affrontait le très expérimenté Bruno San Marco. Je me souviens qu'au milieu des années 90, La diagonale du Roy avait rencontré Nîmes, en Avignon, pour un match décisif pour la montée en N2. C'était Manu Friot qui avait, au bout d'une partie éreintante, envoyé les aixois dans la division supérieure. Mais, déjà, San Marco avait battu Luc Rénazé, notre meilleur joueur ! L'histoire allait se répéter, puisque le Duke, avec les Noirs, après une défense acharnée, tomba au champ d'honneur !



Au 4eme échiquier, notre trésorier, dans son style toujours aussi offensif, gagna une belle partie contre Karel Donskoï.



Jeanjean, D (2147)-Donskoï, K (2062), N3 Aix en Provence 2009 (9) 1-0.

Laurent Milesi augmenta l'avantage aixois en battant Pascal Mora. Sur les 5 premiers échiquiers, le score était alors de 2 à 1 pour les aixois.
Mais, ce fut les derniers échiquiers qui cédèrent ! Denis Nobili et Tristan Fevat perdirent coup sur coup !




Tristan va gaffer et perdre assez rapidement, contre son adversaire du jour. Quant à Léa Bismuth, n'a pas laissé sa chance contre The Noob !

Les Blancs jouent et gagnent.

Bismuth, L (1880)-Nobili, D (1952), N3 Aix en Provence 2009 (9).



Au dernier échiquier, Julie Esposito, auteur d'une très bonne saison, va, cette fois-ci, perdre contre Thomas Cazeneuve.

 

 

Une défaite suprise  mais sans conséquence, pour les aixois,



qui termine largement premier de leur poule :




That's all folks, à la saison prochaine, en Nationale 2 !

Finissons cette belle saison avec deux des plus grands penseurs du siècle dernier, j'ai nommé Canto et JPP !

Commenter cet article