Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Giraud Thierry



Voilà, Julian Bissbort nous a quitté, mercredi dernier, pour rejoindre sa douce Germanie, après avoir passé 6 mois à Aix en Provence, dans le cadre du dispositif Erasmus. Arrivé en septembre 2008, Julian s'est empressé de faire un tour à la Maison des Associations, 1, rue Emile Tavan, un vendredi soir, alors que nous fêtions l'arrivée de Christine Flear. L'Echiquier du Roy René est habitué à cette "filière" allemande" qui a toujours alimenté notre club en bons joueurs. Que ça soit Harry Mai, Leif Hambuckers, Thomas Fricker 




ou Mathias Nauman. Son premier contact avec les échecs français furent assez singulier, puisqu'ils prirent le visage du bon Président du CDJE 13, Lothaire Laineur-Chazeau, au jeu si atypique ...

 

Mais très vite, le jeune allemand s'aperçut que le style, assez folklorique, de Lothaire 1er, était loin d'être la norme, dans notre douce France, et Jean-Philippe "The Duke" Duquesnoy se chargea de montrer à l'allègre teuton la puissance des échecs provençaux !

 

D'Avignon à Montpellier, de Perpignan à Marseille, Julian eut le loisir de visiter le grand Sud pour pousser du bois. Ses résultats furent excellents puisqu'il gagna, en N3, 4 parties sur 5, et sa défaite, en Coupe de France, malgré une position très prometteuse, ne pénalisa nullement l'équipe. Excellent équipier, toujours de bonne humeur, très discipliné comme tout bon allemand (...), il se soumit, chaque fois, à la décision de son capitaine  pour refuser souvent la nulle qui lui avait été proposée, parfois dans des positions très délicates, notamment lors du match contre Perpignan.



Evidemment, nous avons dignement fêté son départ, il y a une semaine, en organisant quelques agapes festives, même si Julian, à l'encontre des clichés que nous pouvons avoir envers les allemands, marchait plutôt à la San Pellegrino qu'à la Kro ! Tout fout le camp ...si les allemands se mettent désormais à l'eau gazeuse ...



Blitzant une dernière fois contre notre bien-aimé Président Giry (pris en flag de grattage de pif ...),




Julian partira, le coeur léger, en rossant l'Anglaise de notre germanophile Président.




Voici une petite interview Blitz de notre ami Julian, réalisé par mes soins.



1°) Peux tu te présenter, Julian ?

J'ai 23 ans, j'habite à Heilbronn, une ville du Bade-Wurtemberg, au nord de Stuttgart et je fais mes études à Tuebingen, cité allemande jumelée avec Aix en Provence. Je joue pour le Heilbronner SV, le plus grand club de la ville.

2°) Quel est ton parcours échiquéen ?

J'ai commencé à jouer à 6 ans, lorsque mon père s'est acheté un ordinateur d'échecs. Devant ma curiosité envers ce jeu, il m'a inscrit dans un club d'échecs, le SV 23 Böckingen, club dans lequel je suis resté jusqu'en 2001. C'est avec le Heilbronner SV que j'ai pu jouer en équipes de jeunes à l'échelon national, en 2004 et 2005. En 2006, j'ai participé au Championnat d'Allemagne ouvert à tous les jeunes de moins de 25 ans. Ce fut le meilleur tournoi de ma carrière puisque j'y ai terminé 3eme !

3°) Quelles sont les parties qui ont marqué ta déjà longue carrière échiquéenne ?

Mes deux parties contre le MI Rau et Billing, que j'ai jouées lors de ce championnat d'Allemagne 2006. J'ai rencontré Rau lors de la 4eme ronde, alors que nous avions tous les deux 3 sur 3.



Malgré la perte de cette partie, j'ai fait un sacrifice très intéressant. Ce qui est assez incroyable, c'est que Stan Stoyanov soit tombé, par hasard, sur cette partie, alors qu'il cherchait des informations sur un sacrifice similaire dans la Défense Alekhine!

Bissbort, J (2042)-Rau, H (2395), GER U25 Willingen 2006. 0-1



J'ai rencontré Christian Billing à la 7eme ronde. J'avais 4,5 points sur 6, et je l'ai battu, ce qui m'a ouverte la porte vers le podium.

Billing, C (2080)-Bissbort, J (2042), GER U25 Willingen 2006.0-1

Mais la meilleure partie que j'ai jamais jouée c'est lors de l'Open A de Stuttgart, en 2005, contre Dimitri Kotlyar, un 2295. C'est le plus fort joueur que j'ai eu l'occasion de battre !

Bissbort, J (2038)-Kotlyar, D (2295), Stuttgart Open A 2005.

4°) As-tu quelques anecdotes à nous raconter sur ton passage en France ?

Lors du Festival du jeu d'Echecs de Marseille, en octobre 2009, lors du tournoi de Blitz, j'ai failli être appareillé, lors de la 1ere ronde, contre Etienne Bacrot. Pour 3 points elo, je ne l'ai pas été, et j'ai joué un 1499.
A l'Open rapide d'Avignon, où j'ai fini 4eme, j'ai eu le toupet de demander à Petrossian s'il avait besoin de sa Coupe. Parfois, les bons joueurs ont tant de coupes qu'il les jette à la poubelle, alors que j'aurais bien aimé en avoir une. Malheureusement, le joueur marseillais les collectionnait, tant pis !




5°) Quelle est la différence entre la pratiques échiquéenne en Allemagne et en France ?

En Allemagne, il n'y a pas obligation de faire jouer une féminine dans les championnats par équipe, et la cadence de jeu est de 40 coups sur 2 heures et 1 heure KO. De plus, il faut maintenir la formation initiale d'une équipe toute la saison, sans pouvoir interchanger les échiquiers. Il n'y a pas, non plus, d'elo rapide, en Allemagne.
Concernant l'ambiance dans les clubs, même si je suis dans un super-club en Allemagne, j'ai trouvé qu'il y avait une atmosphère très sympa à Aix en Provence. J'ai apprécié les cours de Glenn, le fait qu'on aille au tournoi ensemble, et l'accueil des nouveaux joueurs. Le blog bien sûr, avec le webmaster qui toujours prêt à lever les deux pouces pour une belle photo !



Je remercie tous les joueurs que j'ai connus, notamment Jean-Marc et mon équipe pour laquelle il vaut toujours la peine de refuser une proposition de nulle !

6°) La première chose que tu feras, quand tu remettras le pied sur le sol allemand ?

Manger une  pizza, car ici, les pizzas sont très chères ...

 

Ces allemands me surprendront toujours ...Merci bien Julian pour ce petit "bullett" et régale-toi avec les germaines pizzas !

Pour finir, nous allons rendre un petit hommage à un grand Inspecteur allemand, disparu il y a peu, j'ai nommé Horst Tappert, dont les lourdes paupières nous manqueront beaucoup. Au revoir Julian, Adieu Horst !

Commenter cet article

stanleys 01/02/2009 06:12

Dommage que tu pars,Julian :( Bonne chance et bonne continuation!
Et puis j'espère qu'on te reverra un jour...