Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Giraud Thierry




Le V de la victoire brandit par Yves "The Nepalman" Loysel, sous l'oeil goguenard de Julian Bissbort, résume bien la belle victoire de notre N 4 à Dignes-les-Bains, contre Bléone-Durance. L'équipe d'Aix 3, qui avait déjà réussi l'exploit de battre un des favoris, lors de la Ronde 1, contre Vitrolles, continue son bonhomme de chemin. Deux renforts de poids avaient fait le déplacement dans les Alpes de Haute Provence. Le fils spirituel de Tigran Petrossian, Jean-Marc Deyirmendjian et El hombre de la pampa, Gérard Gomez, revenu, dernièrement, d'une longue retraite échiquéenne.


 

 

L'Armenian Warrior rencontrait le bas alpin Claude Jean, leader de l'équipe de Digne. Mais le système de Londres de Jean-Marc va dérouter le  jeu du redoutable vétéran, et l'aixois va s'imposer avec une étonnante facilité !

Deyirmendjian, JM (2153)-Jean, C (2169), N IV (Bléone-Aix III) Digne-les-Bains (3) 13-12-2008.





Au deuxième échiquer, Gérard Gomez allait faire plier son adversaire sur une Sicilienne jouée de main de maître. Hey Man, c'est quoi ton secret ? Quelques mixtures "tupi-guaraniennes" dont tu as le secret ?
Au 3eme, Timothy miniaturisait Bernard Auque sur une "pet variation" sur sa Sicilienne ! Marc-Andria Battesti, toujours aussi fougueux, se lançait dans un tourbillon combinatoire qui aurait du s'avérer gagnant, mais qui, après quelques grosses imprécisions tactiques, et le bon jeu défensif de son adversaire, se termina par une défaite.

Dans cette position, les Blancs sont gagnants, mais le joueur corse, peut-être en crise de temps, va s'emmêler les pinceaux.

Battesti, MA (1965)-Auque, A (1910)



Dans cette position, beaucoup de coups sont gagnants pour les Blancs. 18.Dh5 ! ou 18.Fc2 donnent un avantage quasi-décisif aux Blancs. Mais Marc-Andria va jouer le naturel 18.h5 ? qui va s'avérer très mauvais, puisqu'après 18...Cge5 !, ce sont les Noirs qui vont reprendre l'initiative !
Notre illustre vétéran, Claude Maury, annulait avec sa Française fétiche, et sur les deux derniers échiquiers, Jean-Paul "El Che" Scamaroni et Yves "Nepalman" Loysel gagnaient brillamment.

Chevreux Sylvio, ancien sociétaire de l'Echiquier du Roy René va jouer le malheureux 31.Ff2 ?, qui va être puni, immédiatement, par l'homme de l'Himalaya !

Chevreux, S (1580)-Loysel, Y (1700), N IV Dignes-les-Bains 2008.



Brillante victoire, donc, pour nos mousquetaires de la Nationale 4, avec la montée en ligne de mire ...J'espère qu'Aix I montera en N2, car 3 Nationale 3, ça va commencer à être difficile à gérer !


 

 

 

A Aix en Provence, le dimanche, alors qu'un déluge s'abattait sur la France, la deuxième équipe de Nationale 3 recevait Béziers, qui était emmené par Daniel Laclau. C'était à Fred "Streefighter" Lemière, d'avoir la redoutable tâche d'affronter le leader biterrois.



Daniel Laclau ne m'était pas inconnu. En effet, lors du Championnat de France à Narbonne, en 1997, alors qu'une fine équipe d'aixois, composée de JP Sebban, Laurent Milesi, Denis Deleau, JC Bremond, Didier Veysseyre et moi-même avions loué une maison dans le village de pêcheurs de Bages (Bonjour les attaques de moustiques !), Herr Doktor, pour ne pas le nommer, avait croisé la route du biterrois, dans l'Accession. Sur sa Gruenfeld fétiche de l'époque, il s'était préparé sur un sacrifice de Dame prometteur, idée du grand-maître hongrois Adorjan.

Ikonnikov, V (2535)-Adorjan, A (2530), Uebach op 1996.



Mais le fils spirituel de Siegibert Tarrasch, malgré une position prometteuse, avait craqué contre l'expérimenté Daniel ! 11 ans après, c'est Fred Lemière qui va tomber (au temps) contre le biterrois.

A l'échiquier n°2, Christine Flear est passée tout près de la correctionnelle, mais son expérience et la bonne volonté de son adversaire lui permirent d'arracher le gain.
Au troisième échiquier, Julian "Der Bomber" Bissbort après un sacrifice de pièce pour l'initiative, s'emmêla les pinceaux et se fit punir par son adversaire du jour !


 
Mauvaise passe pour Julian après sa défaite en Coupe de France !

Au 4eme, le Président Jean-Marc Giry déroulait son Anglaise fétiche avec son flegme tout britannique,




mais fatigué par une activité matinale débordante, puisqu'il s'était occupé de l'organisation du T.I.P. pour les jeunes le matin même, au Pont de l'Arc, il oublia de conclure sa partie en ratant une petite combinette thématique, dans cette position.

Les Blancs jouent et gagnent un net avantage...

Giry, JM (2024)-Pellegrin, P (2020), N 3 Aix en Provence 14.12.2008.



Cette occasion manquée ne sera pas retrouvée, et "Penna Bianca" perdra le fil de la partie, se prenant une fourchette fatale ! Notre goleador était battu, mauvais signe !
Au 5eme échiquier, le fils spirituel d'Espartaco Santoni, j'ai nommé Alexandre Leclère,



ne put prendre l'avantage contre son adversaire du jour, et la nulle fut conclue !
Avec les Blancs, Patrick Pouilly, prit un grand avantage dans le milieu de jeu,



mais n'arriva pas à conclure, et, tombant de Charybde en Scylla, il dut même prendre la nulle par répétition de coups pour éviter de trépasser !

Au 7eme échiquier, j'étais confronté au capitaine biterrois qui commença par le début Larsen, 1.b3.



Après 1..Cf6 2.Fb2 Cxf6 3.Fxf6 exf6, je pensais que la paire de Fous allait me donner une partie sympathique, mais force est de constater, après la partie, que ma paire de Oufs resta peu active, et que c'est mon adversaire qui eut plutôt du jeu (Glenn Flear que nous avons vu le jeudi soir d'après, m'a plutôt conseillé de jouer une structure Est-Indienne contre l'ouverture Larsen).
Un peu à l'étroit toute la partie, je pus arriver en finale avec une position intéressante et légèrement supérieure, mais pas assez pour gagner. J'ai même refusé une proposition de nulle de mon adversaire, ce qui est a marqué d'une croix sur le calendrier ...comme quoi, je suis vraiment capable de tout !
Mon adversaire vient de jouer 38.f3 et j'ai longuement réfléchi sur la prise en g3 ...ce pion était-il prenable ?

Pascal Mousselard, P (1886)-Giraud, T (2030), N 3 Aix en Provence (4) 2008.




Enfin, Laurent Brissonneau lutta longuement dans une finale de Tours, contre Marie-Thérèse Fornell, et la nulle fut conclue.
Béziers, toujours invaincu, est donc premier de la poule II, avec Aix II en embuscade, derrière !




Enfin, les 4 équipes de N 6 ont failli faire le grand chelem avec 3 matchs gagnés et un match nul.
L'ERR 1, emmené par Olivier Coolen a écrasé les aubagnais sur le score de 4 à 0, et est deuxième du groupe C, derrière l'équipe du Gambit Marseillais 2. Dans la mesure où nos aixois ont perdu leur premier match contre les marseillais, la montée en N V est fortement compromise.
L'ERR 2, emmené par Philippe Gaillard a fait match nul contre le Gambit Marseillais 3, et reste avant-dernier du groupe B.
L'ERR 3, emmené par David Benezra, a vaincu Les 3 Tours de Martigues, 3 à 1, et est premier du groupe A, ex-aequo avec le Gambit Marseillais 1. La prochaine rencontre opposera les deux leaders et le vainqueur de ce duel au sommet montera très certainement en N V.
Enfin, l'ERR 4, mené par le très prometteur Jérôme Solchaga, qui a gagné sa première partie contre un autre aixois, lors de l'Open Nord,

 



a gagné Aubagne II sur le score de 3 à 1 et se situe à la 4eme place du groupe A en ayant rencontré les deux leaders.
A noter aussi, le cavalier seul de Roger "Crocodil Dundee" Torelli dans l'Open Nord, avec 3 victoires sur 3, dont la dernière contre Jean-Marie Roux.




Voilà la fin de ce laborieux compte-rendu et en hommage à nos soirées au Taco Loco et au Damier, il y a déjà bien longtemps, voici une petite ritournelle de John Scatman !

Commenter cet article