Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Gab

Pions empoisonnés : Episode 12
Pions empoisonnés : Episode 12

14

 

À l’aube de la deuxième partie, peu avant que l’arbitre ne les invite à prendre place devant l’échiquier, les grands maîtres Bronstein et Rezvani, qui patientent en retrait, saisissent l’occasion d’amorcer une brève conversation confidentielle. Cet aparté inapproprié provoque sur l’heure de flagrantes réactions de contrariété au sein des deux camps. Depuis le début de la rencontre, aussi bien les Iraniens que le président de la Fédération israélienne des échecs s’évertuent à maintenir leurs champions à distance l’un de l’autre, par crainte d’une relation qu’ils pourraient engager en-dehors de l’échiquier, sinon d’une alliance contre-nature qu’ils pourraient sceller. Les clans en présence ont clairement conscience que la confrontation de leurs États par joueurs d’échecs interposés, qu’ils veulent idéologique, n’est pas de même essence que celle purement sportive et intellectuelle de l’apostat Rezvani et de l’antisioniste Bronstein. Que ceux-ci complotent derrière leur dos ne peut être toléré, et tout fléchissement de leur contrôle sur ces esprits libres est source de mise en péril de leurs menées respectives. De manière paradoxale, les délégués de la République islamique d’Iran et celui de l’État hébreu, ennemis irréductibles, se donnent une même priorité : interdire tout contact entre les grands maîtres d’échecs qui représentent leur nation respective.

Plus qu’indifférents à ces ineptes considérations, Boris Bronstein et Ali Reza Rezvani sont sur le point d’entamer sereinement leur partie. Sitôt que l’arbitre enclenche la pendule, le grand maître israélien fait bondir son Cavalier roi sur la case f3, un coup flexible qui laisse aux Noirs un vaste choix de répliques et autorise de multiples transpositions dans l’ouverture. Son adversaire opte, à son grand étonnement, pour une défense hollandaise, en avançant instantanément son pion f de deux cases afin de contrôler le centre. À partir de cette configuration initiale débute un duel stratégique à double tranchant où la moindre imprécision peut se révéler fatale. Bronstein se garde de l’ambitieux mais risqué gambit Lisitsyn - qui offrirait délibérément son pion e en contrepartie d’une exploitation rapide des faiblesse crées dans la cuirasse du Roi noir - pour s’engager dans des voies moins aléatoires en jouant le coup le plus naturel dans la position : la poussée de deux cases de son pion Dame.

 

Calé dans son fauteuil attitré, Per Hansen a distraitement suivi le début de la partie sur l’écran connecté au plateau de jeu sensitif sur lequel s’affrontent les grands maîtres. Ces derniers ont jusque là scrupuleusement respecté l’enchaînement de coups préconisé par la théorie qui les entraîne dans les méandres de la variante de Leningrad. Le secondant de Bronstein a été d’emblée contrarié par le premier coup de l’Iranien - cet imprévisible f5 - qui a rendu caduque leur préparation patiemment élaborée la veille. Tous deux escomptaient en effet, comme probable riposte à Cavalier f3, une sortie symétrique du Cavalier noir en f6, coup habituellement joué par le grand maître Rezvani contre les joueurs de l’élite mondiale. Et avaient fait l’impasse sur la hollandaise.

Si Boris l’emporte aujourd’hui contre cette défense risquée, spécule le grand maître danois, il est certain que Rezvani ne récidivera pas et reviendra à son système. Et dans ce cas, notre préparation n’aura pas été vaine…

 

Rezvani vient de jouer son septième coup en déplaçant sa pièce maîtresse sur la case e8. Per Hansen sait pertinemment qu’à ce stade Bronstein dispose d’un large éventail de possibilités pour s’assurer un léger avantage. Il s’attend à un mouvement de sa Dame, amenant à ses lignes de jeu de prédilection dans les positions hollandaises, or le champion du monde déjouera son pronostic… À la posture adoptée par celui-ci, les doigts croisés sur la nuque et le regard tourné vers les cieux, son secondant pressent l’imminence de laborieux calculs de variantes et de fastidieuses analyses de coups candidats... À leur terme, Bronstein se décidera  à jouer  8.b3.

Le public compte une brochette de grands maîtres de toutes nationalités, dont bon nombre résident à l’hôtel Atlas Souss. Dans la rangée de fauteuils située derrière la sienne, le grand maître danois peut les entendre chuchoter leurs commentaires sur la partie en cours. Un peu plus loin, conversant avec la grand maître féminin croate Danijela Palavić, est assise Olga Petrova, qui adresse à son ancien amant un petit signe de la main. Ah ! Olga…! Olga et son charme slave qui exerce encore chez Per Hansen une fascination nostalgique en dépit des vicissitudes de leur relation passée. Un instant, encouragé par son geste amical, il envisage de lui proposer un verre au Blue Note après la partie… Pourrait-elle refuser ? Et si elle acceptait, serait-ce au fond raisonnable ? Ils remueraient forcément le passé… Et il sait d’ores et déjà qu’il n’en aurait guère envie.

Hanté par ces pensées parasites, le grand maître danois a détourné quelques minutes son attention de l’écran qui retranscrit les péripéties de la bataille. Lorsqu’il en émerge, Bronstein vient de jouer son huitième coup, inaugural d’une ligne aiguë et venimeuse, qui laisse son adversaire dans l’expectative. Rezvani se remémore une partie du Championnat de Russie 1993, reproduite dans un vieux numéro de la revue russe Schakhmatny, où s’est présentée une position similaire. Le conducteur des Noirs – le nom des joueurs ne lui revient à l’esprit – innova avec succès et son adversaire ne retira aucun avantage de l’ouverture. Il se souvient que le coup en question associé aux suivants amena une position complexe et dynamique où les Noirs obtinrent de bonnes contre-chances. S’étant penché sur cette partie quelques temps auparavant, Rezvani découvrit une amélioration qu’il compte aujourd’hui tester contre Bronstein.

La défense hollandaise ne donne que rarement lieu à de précoces échanges et la partie en cours ne déroge à la règle. Lorsque le grand maître iranien joue son dix-septième coup – sa fameuse amélioration – seuls un Cavalier blanc et son homologue noir ont déserté l’échiquier et nul échange de pions ou de figures n’est à l’ordre du jour. Les joueurs en sont encore à manœuvrer leur armée de manière à créer des menaces, jusque-là aisément parables. Dans cette position équilibrée, le dernier coup de Rezvani - un imprévisible saut de Cavalier - retentit comme un coup de tonnerre dans un ciel serein. Bronstein pressent le danger et, après avoir longuement médité dans sa posture familière, se décide finalement pour une réplique sensée, consistant à chasser sur le champ, par une poussée de pion, l’outrecuidant destrier de son avant-poste. Ceci n’empêche pourtant la pression des Noirs de s’accroître progressivement sur l’aile roi, leur phalange de pions se met en marche, provoquant d’irrémédiables affaiblissements dans le camp blanc afin de la contenir. Le Cavalier de l’Apocalypse, de son côté, profite opportunément des faiblesses créées dans la position pour occuper, bond après bond, des cases favorables à l’attaque. Lorsque la Dame noire entre en jeu pour un décisif assaut sur le monarque blanc, Bronstein, comprenant qu’il ne pourra éviter le mat qu’au prix de lourdes pertes matérielles, se résout à l’abandon.

Pour un public amateur d’échecs, une partie dont l’issue est le partage du point est synonyme de déception. Il aime davantage que le sang coule et qu’il y ait un vainqueur. Les spectateurs de la partie jouée par les deux grands maîtres, composé en majorité de joueurs marocains de tous âges, réagit à la victoire du prétendant par de bruyantes manifestations d’enthousiasme. Vivats, sifflets, acclamations, applaudissements résonnent durant de longues minutes dans le salon d’apparat. Cruel aussi est le public qui, toujours, préfère voir vaincre le challenger que le champion en titre.

Sur l’estrade, cependant, demeurent imperturbables les deux grands maîtres. Victoire ou défaite ne restent pour eux qu’objets d’analyse, enseignements à tirer et contributions à la richesse de leur art, même si, sur le plan purement sportif, le résultat est autant un coup de semonce pour le vaincu qu’un encouragement pour le vainqueur.

Dix parties restent à jouer… Grâce à cette première victoire, Rezvani mène au score, ce qui lui procure un indéniable avantage psychologique sur son adversaire. Tous deux, néanmoins, savent en pleine conscience que les jeux sont loin d’être faits.

Commenter cet article